Les composantes du PARSAT

Le PADER-G est articulé autour de quatre composantes : (1) « Amélioration des Infrastructures de base », (2) «Amélioration à l’accès aux Services Financiers », (3) Renforcement des capacités des OP à la base et de leurs représentations et (4) Coordination, gestion et suivi évaluation de la mise en œuvre.

Composante 1: Amélioration des Infrastructures de base.

Elle vise : (i) l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, à travers la réalisation d’infrastructures d’alimentation en eau potable et d’assainissement, la mise en place de mécanismes de gestion et de maintenance durable des infrastructures, et des campagnes d’information, éducation et communication sur l’hygiène et l’assainissement ; (ii) l’amélioration de la disponibilité des céréales en période de soudure par la construction d’infrastructures de stockage et leur dotation en stock de céréales,  des comités de gestion des banques, et une « opération test » de mécanismes d’atténuation des risques de crises alimentaire par la mutualisation des risques ; (iii) l’amélioration de l’accès aux marchés ruraux en atténuant les contraintes d’enclavement des zones à haut potentiel et des marchés agricoles de la région par l’aménagement de pistes rurales.

Composante 2: Amélioration à l’accès aux Services Financiers

Elle est axée sur la réorganisation du réseau des caisses d’épargne et de crédit autogérées (CECA) et l’amélioration de la qualité de l’offre de services financiers. Cette composante d’attèlera à (i) appuyer la reconfiguration et la gestion d’un réseau des Caisses d’épargne et de crédit autogérées professionnalisées, par la réorganisation du dispositif des caisses conformément à la réglementation et la promotion de meilleures pratiques du secteur ; (ii) appuyer le développement de services financiers ruraux, adaptés aux besoins des populations rurales, qui vise à promouvoir une offre de services adaptés à la demande locale.

Composante 3: Renforcement des capacités des OP à la base et de leurs représentations

Elle poursuit deux objectifs : (i) Renforcer les projets de développement économique d’un petit nombre d’OP dynamiques en privilégiant les activités rentables et novatrices à travers un Fonds d’appui compétitif aux OP ; (ii) Favoriser l’émergence d’un mouvement paysan depuis la base capable de répondre aux besoins de ses membres en services et à initier des actions collectives visant la résolution des problématiques de développement local à travers le renforcement des capacités organisationnelles des OP du Guéra.

Cependant dans la mise en œuvre du volet banques céréalières, il est prévu de développer une méthodologie spécifique.

Cette méthodologie sera mise en œuvre à titre expérimental dans 20 villages de la zone d’intervention du PADER-G et sera axée sur le suivi des bénéficiaires des activités de banque de soudure. Un ciblage nominatif sera effectué sur la base des critères et des seuils permettant de catégoriser les ménages selon leur classe de vulnérabilité, critères  qui seront établis entièrement par la population locale.

L’analyse des données issues de ce suivi permettra de faire ressortir les « erreurs de ciblage » afin de comprendre pourquoi elles ont lieu, et quels mécanismes peuvent être mis en œuvre pour les éviter. Ainsi, les leçons tirées de cette analyse permettront au Programme de prendre des dispositions spécifiques pour chaque activité afin de s’assurer que celle-ci correspond plus particulièrement aux besoins et intérêts des ménages les plus vulnérables.

Composante 4: Coordination, gestion et suivi évaluation de la mise en œuvre

Cette composante a pour objectifs de mettre en place les mécanismes et dispositifs permettant de coordonner, gérer, suivre et évaluer la mise en œuvre des activités et les impacts du programme.

Share This