L’Union des Caisses d’Epargne et de Crédit du Guéra (UCEC-G) a organisé les 10 et 11 décembre 2013 des Journées Portes Ouvertes (JOP) sur le réseau des caisses d’Epargne et de Crédit de la Région du Guéra. Organisée à Mongo, chef lieu de la Région du Guéra, cette JPO a pour objectif de promouvoir les activités de Microfinance menées par l’UCEC-G. L’événement a vu la participation de nombreux invités venus de différentes régions pays.

« Informer, sensibiliser et conscientiser les populations, les autorités et les partenaires sur les enjeux et les défis du micro financement, créer un cadre d’échange entre les Etablissement de Microfinance intervenant dans le Guéra » tels étaient les objectifs spécifiques de cet événement qui a drainé trois cent soixante (360) participants venus des quatre départements de la Région du Guéra mais aussi de N’Djamena la Capital. La JPO, première du genre a drainé des invités de marque et des acteurs de Microfinance. On comptait parmi ces illustres invités le Secrétaire Général du Ministère de Microcrédit, de l’Emploi, des Jeunes et des Femmes, le Secrétaire Général de la Région du Guéra, le Directeur Régional du CIDR les Représentants de l’Association Professionnelle des Etablissements des Microfinance, de la cellule technique de Contrôle du Ministère des Finance et du Budget, les Chefs de services déconcentrés de l’Etat, des ONG internationales et de développement local, les Chefs de projets et programmes du Guéra et les représentants des différentes caisses d’épargne et de crédit du Guéra.

Quatre moments ont marqué ces JPO :

1)     La présentation d’un sketch

La cérémonie d’ouverture a commencé par la présentation d’un sketch par une Troupe Théâtrale. Le thème développé par une Troupe invitée pour la circonstance  mettait en exergue l’importance de  l’épargne. Les « acteurs » ont démontré à travers cette présentation les anciennes pratiques de la population qui a tendance à confier ses revenus aux « intermédiaires financiers »  qui pratique la thésaurisation.  Mais au delà de cette première appréhension, ils ont fait connaitre le rôle et la place de l’UCEC-G, un des Etablissements de Microfinance (EMF) phare du pays qui, grâce à l’appui du Gouvernement tchadien et des partenaires comme le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), est devenu aujourd’hui un outil de développement très accessible aux populations.

2)     Les communications

Trois communications ont été faites à l’ouverture. Le discours du Président de l’UCEC-G, celui du Secrétaire Général de la Région du Guéra, représentant le Gouverneur et l’allocution du Secrétaire Général Adjoint du Ministère des Microcrédits en faveur de la Femme et de la Jeunesse, représentant le Ministre.

Le Président de l’UCEC-G a fait l’historique du Réseau des Caisses d’Epargne et de Crédit (CEC) qui est aujourd’hui en pleine expansion. Il a appelé les participants à réfléchir sur la viabilité et à la pérennité des Etablissement des Microfinance au Tchad à l’image de l’UCEC-G.

Le Secrétaire Général de la Région du Guéra a notifié à l’assistance l’importance que revêt l’UCEC-G, outil de développement à la base dont le  but social est d’améliorer l’accès de la population, exclue du système financier classique, aux activités de la Microfinance. Il donné aux participants l’assurance de l’engagement du Gouvernement du Tchad à œuvrer pour le renforcement et la consolidation des acquis du secteur de la Microfinance. Son vœu est que l’UCEC-G devienne une Institution de référence dont l’image rayonne bien au-delà de la Région.

Le Ministre des Microcrédits a expliqué qu’une des principales causes de la pauvreté dans notre pays est l’insuffisance de mécanismes de financement adaptés aux activités et aux besoins des populations Il a manifesté son soutien à  l’UCEC-G et a exhorté le Gouverneur à veiller à la sécurisation de l’UCEC-G afin qu’elle assure la promotion de ses activités de Développement à la base et le secteur de la Microfinance dans toute la Région. Au Centre International de Développement et Recherche, partenaire technique de l’UCEC-G, il a été recommandé un renforcement de l’appui au Réseau des CEC afin de relever les défis de la bonne gouvernance et d’une bonne gestion du portefeuille de crédit. Aux Responsables de l’UCEC-G, les mots d’ordre qui leur ont été recommandés sont : « le professionnalisme, l’obligation des résultats, une franche collaboration et le respect de l’éthique ».

3)     Les Expositions

Les deux (2) caisses d’épargne et de crédit de Bitkine et de  Mongo et les sept (7) Caisses rurales de Moukoulou, Bagoua, Sara Kenga, Bardangal, Zoni, Dougoul et Baro ont exposé  dans les stands divers produits financés par l’UCEC-G notamment les produits agricoles (sésames, arachides, huile de sésame et d’arachide), de pastoraux (ovins, caprins, volailles), artisanaux et de la cueillette (miel, graine de balanites egyptiaca, huile de savonnier). Les stands ont visités par les participants qui ont apprécié et acheté ces produits des terroirs.

4)     Les présentations thématiques

Quatre thèmes, relatifs à la microfinance, sa viabilité, sa réglementation, ont été exposés par des professionnel de ce secteur.

–        Le premier thème « La Microfinance et le développement local » a été développé par M. ISSA

–        MAHAMAT CHOUKOU, Directeur adjoint de la Microfinance du MMPFJ. L’orateur s’est appesanti sur l’adéquation entre le Développement local et la Microfinance. Il a fait remarquer que l’année 2013  marque le début de la mise en œuvre du Plan National de Développement. Il inaugure aussi l’engagement du chef de l’Etat promouvoir le monde rural.

–        La deuxième présentation portait sur « La viabilité financière d’une  institution de microfinance », thème développé par M. Souleymane Djobo, Directeur Régional du CIDR. Après avoir défini les caractéristiques de la Microfinance inclusive, il en a présenté les principes clés qui permettent à une institution de Microfinance de jouer pleinement son rôle : Au sujet de la viabilité, L’exposant a insisté sur le rôle que doit jouer chaque acteur au  niveau micro  par un contrôle interne et un système d’information et de gestion, au niveau méso  par  un audit externe, une évaluation des performances  et au niveau macro  par une supervision. Les caractéristiques essentielles que l’UCEC-G doit développer, selon l’Orateur, sont la solvabilité, la performance, et la conformité.

–        « La finance rurale et le développement de l’exploitation familiale » était le troisième thème développé par HAMANA SEINY CHABO, Responsable de Composante 2 du  PADER-G. Il s’est attardé sur l’importance de la Microfinance. En se basant sur ses propres expériences dans ce domaine, l’orateur a affirmé qu’en dépit de l’importance des services financier dans le rural reconnu il y a plusieurs année, la population rurale dans son ensemble n’a pas accès aux services financiers formels.

–        « La Règlementation applicable au secteur de la Microfinance au Tchad » était la dernière présentation faite par M. MBERKADJI Azor, Inspecteur de l’Association Professionnelle  des Etablissements de la Microfinance (APT-EMF). Selon l’Orateur, la réglementation de Commission Bancaire de l’Afrique (COBAC) est un cadre  qui régisse les activités des structures de microfinance pour sécuriser l’épargne et favoriser le financement des initiatives économiques de base.  De cette réglementation est assortie vingt-un normes prudentielles visant à encadrer l’activité de la microfinance. Ce sont ces normes qui déterminent  les indicateurs de rentabilité et de viabilité d’un établissement de microfinance.

La participation des professionnels chevronnés du secteur de la microfinance à cette JPO a permis de jeter des bases  de réflexion sur l’UCEC-G. Celle-ci est aujourd’hui en plein essor. Elle est résolument engagée dans le processus de professionnalisation avec un défi majeur à relever : l’agrément de la COBAC.

Par le financement du Gouvernement Tchadien et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), le PADER-G à travers sa composante 2  mise en œuvre par le CIDR, appuie la professionnalisation et la viabilité de l’UCEC-G. Dans cette optique, le PADER-G a financé durant l’année 2013 la construction de trois nouvelles Caisses Urbaines à Melfi et Mangalmé et à Baro, l’extension de quatre (4) caisses rurales. Il a dotée l’UCEC-G du matériel informatique, des mobiliers, des moyens roulants notamment des véhicules et des motocyclettes.

Share This