Beaucoup de programmes et projets de développement ont connu des succès faramineux dans leur mise en œuvre. Mais les secrets de ces réussites n’ont pas été conservés pour servir de leçon aux autres.  Au terme d’un projet réussi, on n’a que des résultats. Cependant, on connait jamais comment ces meilleurs résultats ont été obtenus. Ces expériences auraient pu servir à la mise en œuvre d’autres projets. Le Programme d’Appui au Développement Rural dans le Guéra (PADER-G) a décidé d’écrire son histoire pour inspirer les autres.

L’Unité de Coordination et de Gestion du  PADER-G (UCGP), avec l’appui financier du Fonds International de Développement Rural (FIDA), a fait participer cinq cadres du Programme à l’atelier de formation sur la gestion des connaissances et la capitalisation des expériences, tenu à Dakar en mars dernier. Cette formation a été organisée par la Fondation Rurale de l’Afrique de l’Ouest (FRAO). Outillés les participants en matière de la gestion de connaissances et de la capitalisation des expériences est une stratégie de l’UCGP pour renforcer la performance du PADER-G. Cette formation spécifique permettra au PADER-G d’écrire sa propre histoire. En effet, valoriser les expériences réussies, faire connaitre les facteurs d’échec, partager les meilleures expériences et répliquer les bonnes pratiques constituent le challenger que se fixe le PADER-G.

Des meilleures leçons ont été tirées de cette formation et mises immédiatement en pratique. Alors que la formation suivait encore son cours, l’équipe du PADER-G a esquissé un projet de capitalisation d’une des meilleures pratiques du Programme. L’expérience à capitaliser était intitulée «  Crédit jour marché : une solution pour financer des activités génératrices de revenus des femmes dans la région du Guéra ». Le projet prévoit deux supports de diffusion : un film documentaire et une brochure. Un comité sera mis en place par l’UCGP. Il poursuivra le processus de  ce projet de capitalisation jusqu’à son terme.

En marge de cet atelier, les cadres du PADER-G ont eu des échanges très enrichissants avec les autres participants venus de la Guinée Conakry, du Mali, du Niger, du Togo, de la Mauritanie, du Congo Brazzaville, du Burundi et du Sénégal. Ces moments de partage ressemblaient à des « séances de communion » où chacun, s’évertuait à donner à l’autre, dans un esprit fraternel et professionnel, le meilleur de lui-même. C’était à la fois un test pour les participants et un feedback pour les organisateurs que cette démonstration pratique était une évaluation suffisante atteste que les participants ont parfaitement intériorisé les outils et techniques dispensés durant  cette formation. Bien entendu, la finalité de la gestion des connaissances et la capitalisation des expériences est le PARTAGE.

Share This